0

Général Ishiwara

Une fois n’est pas coutume, Neuropolitique s’intéresse à un documentaire historique.
Cependant, au regard de l’actualité, l’histoire est souvent instructive, même s’il est souvent dit qu’elle ne se répète jamais.
L’histoire ne se répète jamais, mais les hommes dans leurs erreurs et leurs aveuglements se répètent beaucoup. C’est pour cela que ce documentaire est intéressant. Il décrit le parcours d’un homme qui, ancré dans sa vérité, a non seulement contribué à conduire l’Asie dans la seconde guerre mondiale, mais a également contribué à la destruction du Japon.
Le général Kanji Ishiwara a su comment commencer la guerre. Mais il en a perdu le contrôle et a vu son pays s’embourber en Chine avant d’être finalement anéanti par les forces alliées.

C’est un attentat connu sous le nom d’incident de Moukden, faussement attribué aux chinois, qui sera le déclencheur de la guerre sino-japonaise en 1931. Elle prendra fin le 9 septembre 1945.

 

0

Magnificence du 3, du 6 et du 9 !

« Si vous connaissiez la magnificence du 3 du 6 et du 9, vous auriez alors la clé de l’univers! » Nikola Tesla

Saviez-vous que le chiffre 9 est un chiffre très particulier?
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il y avait 360° dans un cercle?

Voici une courte vidéo qui apporte des informations très intéressantes sur les nombres, la géométrie et ce qui les relie.

1

Médecine Quantique contre médecine Newtonienne

Le docteur Lipton est internationalement reconnu, il est l’un des chefs de file du courant qui allie science et esprit. Il est également l’auteur du livre « Biologie des croyances ».

Le docteur Lipton est biologiste cellulaire de formation, diplômé de l’Université de Virginie. En 1973 il rejoint le département d’anatomie de l’école de médecine de l’Université du Winsconsin. Ses recherches sur la dystrophie musculaire, réalisées en utilisant des cellules souches humaines clonées,  cherchaient à comprendre le mécanisme moléculaire contrôlant le comportement des cellules. Avec le docteur Ed Schultz ils développèrent une technique expérimentale de transplantation de tissue qui devint par la suite une nouvelle forme de génie génétique. Continue Reading

1

Les métaphores aux sources de la pensée

Article originellement publié par le blog du Monde.fr (M blogs):

L’essayiste Michael Chorost (Wikipédia, @MikeChorost) a publié un long article dans la Chronicle Review sur la connexion profonde existant entre métaphore et langage. Sujet sur lequel le linguiste George Lakoff travaille depuis plusieurs décennies, et qu’il a notamment exposé dans son livre écrit en compagnie de Mark Johnson et publié en 1980, Metaphors We Live by (traduit en français sous le titre : Les métaphores dans vie quotidienne). Pour ce chercheur, en effet, toute notre pensée est conditionnée par notre corps : elle est incarnée. Les chercheurs parlent d’ailleurs de « cognition incarnée » ou embodied cognition.

L’un des exemples les plus puissants de cette pensée métaphorique, selon Lakoff, est la façon dont nous exprimons le temps en fonction de l’espace. Ainsi, les mots « avant » et « après » sont des termes spatiaux utilisés pour exprimer des relations temporelles. Même nos formes de réflexion les plus abstraites procèdent de métaphores issues de notre perception corporelle. Par exemple, l’ensemble des entiers en mathématiques peut-il être perçu comme une ligne dotée d’un point de départ (le zéro), et sur laquelle on peut avancer ou même reculer (les nombres positifs et négatifs).

Lakoff ne s’est pas imposé facilement. Au début de sa carrière, il s’est heurté à Noam Chomsky et à ses disciples qui considèrent le langage comme un système formel de relations câblées dans le cerveau. Mais aujourd’hui, de plus en plus, son point de vue tend à se répandre. Il faut dire qu’il est frappé au coin du bon sens ! Continue Reading

0

Le pouvoir est dans le système…

« Rien n’est plus facile que de dénoncer celui qui fait le mal ; rien n’est plus difficile que de le comprendre. » Dostoïevski.

Le Docteur Philip Zimbardo est un psychologue américain devenu célèbre après avoir réalisé l’expérience de Stanford. Lors de cette expérience, des volontaires de l’université de Stanford étaient mis dans la peau de prisonniers et de gardiens. Prévue pour durer 14 jours, elle fut ajournée le 5ème jour suite à la détérioration rapide de la situation à l’intérieur de la prison fictive. Sadisme des gardiens, rébellion puis dépression des détenus…

En 2004 éclate le scandale de la prison militaire d’Abou Ghraib en Iraq. Des soldats américains sont les geôliers… pour de vrai. Le Dr. Zimbardo s’y intéresse.
Pour lui, depuis, il n’y a plus de doute : Le pouvoir est dans le système. Continue Reading

1

5 leçons de sagesse massaï

 

Chercher et trouver sa cohérence intérieure, rester relié aux autres et à l’univers, c’est ce à quoi nous invite le peuple massaï. L’anthropologue Xavier Péron nous fait découvrir ce mode de vie dans son dernier livre, également manuel de développement personnel.

D’eux, on ne connaît que leur longue silhouette au port altier drapée de rouge. Les Massaïs, un peuple d’éleveurs et de guerriers, figurants photogéniques dans Out of Africa (film de Sidney Pollack, 1986) ou des documentaires sur le Kenya.

Ce que l’on ignorait, jusqu’au travail de l’anthropologue Xavier Péron, c’est qu’ils se transmettent de génération en génération une spiritualité riche, vécue au quotidien, d’une portée universelle et qui conçoit l’homme comme le cocréateur de l’univers.

Continue Reading

1

Le ventre, notre deuxième cerveau

Il y a quelques années, les scientifiques ont découvert en nous l’existence d’un deuxième cerveau. Notre ventre contient en effet deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et échangent des informations avec notre « tête ». Les chercheurs commencent à peine à décrypter cette conversation secrète. Ils se sont aperçus par exemple que notre cerveau entérique, celui du ventre, produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. On savait que ce que l’on ressentait pouvait agir sur notre système digestif. On découvre que l’inverse est vrai aussi : notre deuxième cerveau joue avec nos émotions.

1

La force du loup est dans la meute

L’homme est un animal social. Le groupe est le garant de sa survie.
 Alors que la société, grâce à sa technologie, s’autorise à avoir des membres de plus en plus individualistes, les militaires sont passés maîtres dans l’art de créer et de souder des groupes efficaces. Leur survie en dépend.
Quelles sont les interactions humaine qui se cachent derrière ces organisations ? C’est ce qu’analyse l’article suivant :
La force du loup est dans la meute  – Par le colonel Michel GOYA -
La meute

L’anthropologue et biologiste Robin Dunbar a démontré l’existence d’effets de seuil quantitatifs dans les relations humaines. A la suite de nombreuses observations, il a pu définir ainsi quatre niveaux : celui du petit groupe d’une douzaine d’individus où les liens sont très forts, celui de la tribu du Paléolithique supérieur composé de 30 à 50 individus et celui dit du « groupe naturel » d’environ 150 qui est la limite supérieure où tout le monde peut se connaître personnellement et être influencé par les contacts. Au niveau supérieur, la taille maximale d’une organisation pour créer un sentiment d’appartenance est de 1500-2000.

Continue Reading

1

Anatomie d’une épidémie

« Anatomie d’une épidémie » est un documentaire surprenant réalisé par un jeune cinéaste américain, né dans les années 80, qui s’interroge sur ce qu’est le SIDA et les nombreux qualificatifs qui l’accompagnent. Pour y répondre il part dans une enquête qui plonge le spectateur au source de l’histoire de la maladie. D’interviews en interviews, de chercheurs en chercheurs le film lève beaucoup de questions qui pourraient se résumer à une seule…

Chacun se fera son idée. Remarquons juste comment la suggestion de la mort est capable d’influencer nos comportements… et comment la peur efface notre discernement.

Aussi, demandons-nous toujours si ce que nous tenons pour vrai est réellement Vrai !

 

Continue Reading